Aide à la mobilisation des employeurs pour l’embauche des travailleurs handicapés : prolongation de l’aide

 

L’aide à l’embauche mise en place dans le cadre du plan « France Relance » afin de soutenir l’emploi des personnes en situation de handicap est prolongée jusqu’au 31 décembre 2021 pour que la mobilisation des entreprises se poursuive.

Travailleur handicapé

 

Prolongation de l’aide jusqu'à la fin de l’année 2021

Destinée à soutenir l’emploi des personnes ayant la reconnaissance de travailleur handicapé pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire, l’aide permet aux employeurs de réduire le coût du recrutement, en compensant, pendant la première année, les cotisations sociales afférentes.

Afin d’inciter encore davantage au recrutement de collaborateurs en situation de handicap, l’aide est prolongée de six mois, jusqu'au 31 décembre 2021. Cette prolongation sera prochainement formalisée dans un texte réglementaire.

Depuis le début de l’année, cette aide exceptionnelle a déjà permis plus de 11 600 recrutements.

Près de deux tiers de ces embauches ont été réalisées en contrat à durée indéterminée (CDI) et plus de 8 recrutements sur 10 ont été effectués dans des TPE ou des PME.

 

En quoi consiste l’aide ?

L'aide à l'embauche des travailleurs handicapés concerne les embauches en CDI ou CDD d'au moins 3 mois réalisées par une entreprise ou une association. Les contrats de travail doivent avoir été conclus entre le 1er septembre 2020 et le 31 décembre 2021.

Les salariés embauchés doivent être titulaires de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) au moment de la signature du contrat, et avoir une rémunération inférieure ou égale à 2 fois le montant horaire du SMIC.

Les demandes d’aides sont adressées à l’ASP de façon dématérialisée par l’intermédiaire de la plateforme de téléservice SYLAé.

Les employeurs disposant déjà d’un compte SYLAé peuvent se connecter en utilisant leurs codes de connexion et mot de passe habituels. Pour les employeurs n'ayant pas de compte SYLAé, la demande d’aide peut toutefois être déposée sans créer de compte.

D’un montant maximal annuel de 4 000 €, l’aide est versée à l’employeur à raison de 1 000 € par trimestre maximum, sur la base d’une attestation justifiant de la présence du salarié à transmettre à l’ASP par l’intermédiaire de la plateforme de téléservice.

Toutes les entreprises et toutes les associations, sans limite de taille, peuvent bénéficier de l’aide.

 

Crédits photo / © Shutterstock